Les inconditionnels à respecter pour un sevrage réussi!

18 novembre 2019

Le sevrage est la période la plus stressante de la vie du porcelet. La séparation des porcelets de leur mère, le transport, l’arrivée dans un nouvel environnement et le regroupement en parquets sont toutes des pratiques inévitables qui peuvent occasionner un stress chez eux.

maximiser les performances postsevrage

Comment peut-on alors minimiser l’effet de ces événements sur les performances postsevrage? Beaucoup a été écrit sur le sujet, notamment sur l’aspect des changements nutritionnels associés au passage du lait de la truie à un aliment sec. Il faut que cet aliment soit digestible pour favoriser une initiation rapide de la consommation. Tous s’entendent pour dire que plus l’ingestion de moulée débute rapidement après le sevrage, mieux la morphologie de l’intestin se développera et s’adaptera rapidement afin de digérer et absorber les nutriments provenant de ces moulées. Il est donc important d’y accorder une grande importance.

Changements lors du sevrage :

porcelets sous la mere, au sevrage

Mais pourquoi voit-on entre des fermes ou des lots ayant en commun la génétique, l’alimentation et même la source des porcelets, des résultats zootechniques parfois très différents? Plusieurs facteurs peuvent affecter la consommation rapide et la croissance des porcelets. Voici quelques éléments que nous qualifions d’inconditionnels à respecter afin d’optimiser les performances de vos porcelets en pouponnière.

  1. Réduire l’incidence des maladies. Lorsque nous analysons les résultats sur un bon nombre de lots, nous observons une forte corrélation entre le niveau de mortalité/morbidité, le gain de poids et le taux de conversion alimentaire (TCA). Sevrer des porcelets provenant d’une maternité stable ou avec un excellent statut de santé favorise généralement de bons résultats. Afin de préserver ce statut, des mesures de biosécurité simples et multiples doivent être mises en place et respectées. Le lavage, la désinfection et le séchage des salles avec des produits appropriés sont également de mises. La vaccination des truies ou des porcelets peut, dans certains cas, être envisagée afin de réduire l’incidence des maladies.
  2. trouw nutrition canada research, animal nutrition science and research, trouw nutrition canada partnership, university of guelph Donner un accès à de l’eau de qualité et en quantité suffisante. L’eau est un nutriment essentiel, mais parfois négligé. Il faut s’assurer d’avoir une eau exempte de pathogènes tels que les coliformes. Avant l’entrée des animaux, il faut s’assurer que les lignes d’eau aient été nettoyées avec un savon chloré ou une solution de peroxyde. Les bols et descentes doivent être vidangés pour un accès à une eau fraîche et la hauteur des suces et bols doivent être facilement accessibles. Viser un pH optimum pour les porcelets. L’acidification de l’eau avec le Selko Pro-Hydro est une excellente avenue pour réduire le pH de l’eau et favoriser une consommation hâtive de celle-ci et de la moulée.
  3. Maîtriser l’ambiance et le confort. Il faut minimiser au maximum le stress thermique que le porcelet peut ressentir lorsqu’il passe d’un environnement chaud, comme une niche à porcelet en maternité, à son nouveau parquet dans la pouponnière. Le respect des chartes de températures ambiantes au plancher en pouponnière ou sevrage-finition est impératif pour assurer que le porcelet soit bien. Éviter les courants d’air devient essentiel!
  4. Un accès adéquat à la trémie pour initier la consommation rapidement. Premièrement, l’alimentation à la dérobée avec les mères 7 jours avant le sevrage aidera à une prise alimentaire rapide en pouponnière. L’espace de plancher et à la trémie doivent être adéquats pour soutenir de bons résultats. Par exemple, à 28 kg de poids de sortie, 3,3 pi2 est recommandé. Le nombre de porcelets attribués par espace de trémie et la largeur des espaces doivent être suffisants. Par exemple, on visera 4-5 porcelets par espace à la trémie et environ 8 pouces chacun.
    Des observations récentes m’ont permis de constater que les porcelets sont très stimulés à consommer lorsque l’aliment est présenté dans des bols rouges de type « trémies à dinde » dès les premiers jours. Sept jours suffisent pour l’utilisation de ces bols. Vous remarquerez que le comportement des porcelets pour s’initier à la consommation est différent. Le porcelet est curieux et il aime explorer avec ses congénères. L’alimentation à la dérobée, servie dans les cages de mise bas, permettra aussi d’augmenter le poids des porcelets à la sortie des pouponnières.
  5. Aliment disponible en tout temps. La restriction alimentaire en pouponnière n’est pas une pratique à adopter. Il faut s’assurer de toujours avoir un aliment frais et laisser vider les trémies sans les surcharger pour plusieurs jours. Il faut aussi ajuster les trémies afin de voir en tout temps au maximum 50 % du fond de l’auge. À la sortie vers l’engraissement, un jeûne de trop longue durée peut significativement affecter les performances en pouponnière (voir tableau).

jeune et transport, conversion alimentaire, GMO, poids, Basé selon formule de prix à 1,89 $/kg et prime à 1,10 $/kg

watson.s, pif performance

En conclusion, si l’on porte attention à tous ces paramètres de régie, vous pourrez assurément optimiser vos performances en pouponnière. N’hésitez pas à consulter votre représentant Shur-Gain/Trouw Nutrition afin qu’il puisse vous aider à appliquer ces incontournables pour un sevrage optimal!

Mario Perron, agr., Directeur des Ventes, secteur porcin